2018 les Crus du Beaujolais en 2015 et 2016

Les Crus du Beaujolais en 2015 et 2016

Las de vins rouges hyper boisés, trop alcoolisés, démesurément extraits, bref des vins « bodybuildés » ?

C’est le moment de (re)découvrir les Crus du Beaujolais dans deux millésimes de charme. Avec 2015, année atypique, quasi « solaire », les vins se présentent denses, au fruité mûr (parfois même confit). Il fallait cependant veiller à ne pas vendanger trop tard… Les réussites ? Ils sont équilibrés en structure, frais et au fruité redoutable.

2016 se présente différemment. Des gelées et des grêles ont affectés la quantité, pas la qualité. On découvre des vins mûrs mais sans excès, dotés d’un jus gourmand séducteur. Année plus classique que 2015.

2015 2016 Deux beaux millésimes, très charmeurs, qui nous offrent l’occasion d’égayer nos tablées festives !

Des vins pour pratiquer la « Beaujonomie »

Voilà un nouveau mot, contraction de « Beaujolais » et de « Bistronomie ».

Le Beaujolais souhaite structurer son offre. D’une part, on a les vins « festifs » (le Beaujolais Primeur). Puis, ceux « de caractère » (les 12 appellations : Beaujolais, Beaujolais Villages et les dix Crus) : fruités certes, mais aussi racés, élégants.

Et enfin, ceux « d’exception » issus de sélections parcellaires, d’un éventuel élevage plus long, bref des cuvées « top » incluant aussi des productions en « bio ».

Tous des vins à partager dans une ambiance bistronomique, décontractée, loin des repas guindés qui accompagnent mieux des vins « sérieux » voire cérébraux. Bref, le Beaujolais demeure toujours « l’éclat de rire de la table » !

Voir notre sélection (courte mais de qualité) sur http://www.leguidedachatdesvins.eu/fr/

Patrick Fiévez et Jacques Gièrs