Les vins du Ventoux ont pris de la hauteur

Les vins du Ventoux ont pris de la hauteur

Au pied du géant de Provence, entre champs de lavande, arbres fruitiers, oliviers et chênes truffiers, le vignoble de l’appellation Ventoux s’étend sur un peu moins de 6.000 ha dans le département du Vaucluse. Il y fait plus frais (tout étant relatif) que dans la plaine vauclusienne qui accueille les villages de Gigondas, Séguret, Rasteau ou Vacqueyras. En quarante ans de dégustations de ces vins, j’ai pu constater les énormes progrès qualitatifs des rouges de cette appellation qui, pour beaucoup, rivalisent désormais sans complexes avec les Côtes du Rhône Villages et même les crus méridionaux de la Vallée du Rhône. A l’époque, le Côtes du Ventoux (son ancienne appellation), était plus un vin de comptoir, un rouge léger, fruité, type même du vin de carafe que l’on accompagnait pour le « menu du jour » dans les restaurants locaux. A présent, richesse, complexité, sont des qualitatifs utilisés à bon escient. Tandis que les rosés, eux aussi, présentent une palette aromatique et fruitée à l’instar des vedettes rhodaniennes dédiées à cette couleur. Une petite production de blancs complète l’offre tricolore de l’appellation.

Plus de syrah dans les assemblages et davantage aussi de vins « bio »

Traditionnellement marqués par une dominante de grenache (à l’exemple des autres vins rhodaniens sudistes), on constate depuis une quinzaine d’années, davantage de syrah dans les assemblages des rouges. Et aussi, l’apparition, pour les blancs, de roussanne, marsanne, viognier et vermentino. La barrique est également de plus en plus acceptée pour les qualités « haut de gamme » de producteurs indépendants et des caves coopératives. Ces dernières représentent encore 73% de la production de vins du Ventoux. On note également, de plus en plus, de producteurs passés au « bio » ou en instance de l’être (en conversion). Durant ce mois de juillet, en vacances dans la région, j’ai dégusté une cinquantaine de blancs, rosés et surtout rouges, de l’A.O.C. Ventoux. Si la qualité globale fut à la hauteur des progrès qualitatifs effectués depuis une vingtaine d’années, certains méritaient davantage de s’y attarder et de les mettre en évidence dans ma sélection. Les voici.

 

Patrick Fiévez

Aureto, Ventoux blanc 2016

Roussanne (dominante), clairette, marsanne et grenache blanc pour cette cuvée au nez floral, à la bouche fruitée (citron) avec une pointe subtilement anisée. Fraîcheur et vivacité.

Chez Cora en promo à 8,26€

 

Domaine des Peyre, « Paparazzi », Ventoux rosé 2016

Le grenache (majoritaire) est associé au cinsault pour nous offrir ce rosé frais, floral et fruité (agrumes). Finale sur la vivacité.

Les Caves de Bordeaux Koningslaan, 232 8300 Knokke-Heist 9,90€

 

Château Perreal, Rosé des Safres, Ventoux 2016 et « Les Truffières », Ventoux rouge 2015 BIO

Original : le cépage mourvèdre domine légèrement l’assemblage de ce rosé composé aussi de grenache et de syrah. Soyeux mais structuré, fruité, épicé aussi grâce au mourvèdre. Il est issu de faibles rendements (30hectos/ha). Le rouge (syrah et mourvèdre à part égale) présente ses notes de fruits noirs (cerise, cassis), une finale épicée et une richesse assumée.

Ellipses Trade Services rue de l’Etat, 10b 4682 Oupeye 8,89 € pour le rosé et 11,79 € pour le rouge.

 

Domaine du Pastre, « Le rosé qui fait bronzer », Ventoux 2016 et « L’Instantpille », Ventoux rouge 2016 BIO

90% de grenache et 10% de carignan pour ce rosé à l’attaque minérale et à la bouche gourmande, aux évocations fruitées (agrumes, fruits à chair blanche). Il n’est pas distribué chez nous. Le rouge (45% grenache, 45% carignan et 10% syrah), issu de vieilles vignes, s’exprime par son élégance et son équilibre entre fruité et structure.

Jacques Delire Bois devant Houx, 50 5530 Houx Prix non commuiqué

 

Domaine du Bon Remède, « La Grange Delay », Ventoux rouge 2015

Du grenache (70%) et de la syrah, cette dernière élevée 12 mois en barriques. Un boisé fin, bien intégré, pour ce rouge au fruité mûr, opulent.

Caves et Domaines Drève A.Dujardin, 1 7700 Mouscron 8,30€

 

La Ferme Saint-Martin, « La Gérine », Ventoux rouge 2016 BIO

50% de grenache, 25% de carignan et 25% de cinsault pour ce rouge au fruité charmeur et aux tanins bien mûrs. Un Domaine en culture biologique depuis près de 20 ans. Un de mes préférés.

Autrement Dit Vins chaussée de Dinant, 332 5000 Namur 12€

 

Domaine Le Mur-Mur-Ium, « Le Retour », Ventoux rouge 2015 BIO

70% de grenache et 30% de syrah. Bouche riche marquée par les fruits rouges et noirs mûrs. Velouté, rond, riche voire opulent. Beau potentiel de garde.

Wine Bar Sablon des Marolles rue Haute, 196-198 1000 Bruxelles.

Sur la carte du restaurant : 25€ - Egalement à emporter à prix caviste

 

Vindemio, « Imagine » et « Regain », Ventoux rouge 2015 en biodynamie

Dans une très belle gamme (blanc et rouge), j’ai prioritairement retenu cette cuvée qu’aurait certainement appréciée John Lennon… Grenache et syrah à 50/50 pour un rouge aux évocations de fruits noirs (cassis, mûre, myrtille), riche mais frais sur une finale marquée par les épices douces. Remarquable ! Tout comme la cuvée « Regain » à majorité grenache (70%), davantage sur les fruits frais, juteux.

Mostade-Gobert rue Saule Godaux, 10 6550 Solre-sur-Sambre

Imagine à 16,65€, Regain à 12,20€

 

Domaine Lou Magnan, Clos Fayard, Ventoux rouge 2014

Syrah (60%), carignan et grenache pour ce rouge élevé partiellement (30%) une dizaine de mois en barriques (uniquement la syrah). Boisé bien intégré, fruits noirs mûrs, très concentré. Prix très intéressant.

Winjnhandel Gulden Schaduw Doorlaarstraat, 8 9160 Lokeren 6,10€

 

Domaine du Vieux Lazaret, Ventoux rouge 2015

La famille Quiot, bien connue à Châteauneuf-du-Pape, propose ce Ventoux assemblé de carignan, cinsault, grenache et syrah. On apprécie son fruité ravageur et ses notes d’herbes de la garrigue.

Cooreman Hendrik van Den Eedestraat, 30 Dilbeek 8,35€

 

Les vins de Sylla, « Obage », Ventoux rouge 2015

80% de grenache et 20% de syrah. Fruité mûr, épices douces pour ce rouge rond et soyeux. Pour les amateurs de grenache mûr, sans excès.

Latitude Sud Rue Neuve, 36 4500 Huy 9,90€

 

Cave La Romaine, « Tradition », Ventoux blanc 2016

Le grenache blanc domine largement l’encépagement de cette cuvée suggérée par la cave des vignerons de Vaison-la-Romaine. Associé à la clairette et au bourboulenc, elle séduit par sa fraîcheur, ses notes agrumes et un petit côté acidulé qui ravive les papilles.

VDS Food (Barchon, Bruxelles/Forest et Wavre) 6,18€

 

Mas Oncle Ernest, « L’Instant Présent », Ventoux rouge 2016 BIO

70% grenache, 15h syrah et 15% carignan pour ce rouge issu d’une courte macération, au fruité croquant… Et craquant. Ce Domaine d’Entrechaux élabore aussi d’excellents blancs et rosés. Une valeur désormais sûre de l’appellation.

Maison des Vins Fins rue des Arbalestriers, 26 7000 Mons 9,50€

 

Château Pesquié, « Terrasses », Ventoux rouge 2015

Ce Domaine emblématique de l’appellation propose notamment cette cuvée en conversion bio. Grenache (60%) et syrah( 40%) confèrent à ce rouge, souplesse, caractère épicé, joli fruité et plénitude. Que du bonheur !

Les Compagnons du Cep (Fléron), Six Winjnhandel (Ieper), Verbiest Tools Engineering (Elewijt), Terre et Vin (Lasne-Maransart), La Cave à Grains (Ciney), t’Soete Huys (Beveren).

Autour des 10€

 

Cellier de Marrenon, « Terre du Levant », Ventoux rouge 2015

80% de grenache et 20% de syrah. Un rouge riche et velouté, n’excluant toutefois pas de la fraîcheur en finale de bouche. Très fruits noirs (mûre, myrtille).

Distribué par Roscam à Strombbek-Bever (Grimbergen) Prix non communiqué

 

Le phénomène Perrin

Ce sont trois Ventoux rouges distribués en supermarchés et qui font un malheur en Belgique. Tous les trois ont été sélectionnés par le côté « négoce » de la famille Perrin, par ailleurs propriétaire du célèbre Château de Beaucastel à Châteauneuf-du-Pape. Ils ont déjà évoqués sur notre site : « La Vieille Ferme » chez Delhaize, « Fourmi Rouge » chez Spar et « La Ferme Julien » chez Carrefour. Tous trois hautement recommandables à moins de six euros la bouteille !