2018 Le Vin Bleu : le buzz ou l’arnaque ?

Le vin bleu, phénomène de l’été ?
Avant tout est-ce bon ?

Nous avons goûté et fait goûter autour de nous ce vin bleu “Pasion Blue Chardonnay” vendu par Delhaize à 6.99 €”

Le résultat ??? NON pour la grosse majorité des personnes qui l’ont dégusté. Et pourtant Delhaize est en rupture de stock.

Mitigé.
La jeune génération le trouve “fun” avec son degré d’alcool très bas 9,5° et ses arômes de pêche et de mangue. La couleur bleu bouleverse les habitudes donc bravo.

Pour les autres ce n’est pas du vin. Notre avis rejoint la majorité. Le Vin Bleu , un verre ça va , deux verres bonjour les dégâts!
Bref c’est n’est pas bon , sucré, collant en bouche, arômes artificiels et j’en passe…
CE N’EST PAS DU VIN.

Ce vin, élaboré à l’aide d’un colorant organique, l’indigotine, ne respecte pas les différentes réglementations : la présence du pigment n’est pas clairement expliquée sur l’étiquette.

La polémique a en fait précédé en Espagne, où un “vin bleu” est apparu courant 2015, avec le vin basque “Gik”, qui devait sa couleur bleue aux anthocyanes… mais aussi à des pigments d’indigotine (E132).

Un vin coloré en bleu peut-il être vendu pour du vin ?
Des vins présentés comme “naturellement” bleus sont commercialisés en Espagne, et désormais chez nous. Un argument marketing qui pose des questions sur leur réel procédé de fabrication.

Un vin bleu, à la couleur obtenue “naturellement” grâce à une macération supplémentaire d’un Chardonnay blanc dans des peaux de raisin noir.

Trop beau pour être vrai ? Sciences et Avenir s’est entretenu avec plusieurs scientifiques de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), qui émettent des doutes quant à la possibilité d’obtenir du vin bleu par ce procédé sans devoir ajouter d’autres produits.

Au-delà des règles de la chimie, se pose alors un autre débat, d’ordre œnologique : du vin bleu est-il encore du VIN ?
“Un certain nombre de pratiques sont autorisées, mais pour les produits dérivés du vin”, indique encore la directrice de recherches.
Pour l’OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin) sont uniquement définis, donc autorisés par les États adhérents à l’OIV (dont l’Union européenne), certains additifs et auxiliaires technologiques pour des usages bien précis.

Les additifs qui affectent la couleur du vin sont ainsi soumis à une législation très stricte. Le code international stipule que toute boisson contenant un autre colorant que du caramel ou les colorants rouge et jaune ne peut être vendu en tant que vin, mais seulement en tant que “boisson à base de vin” ou “boisson à base de produit vitivinicole“, catégories les plus larges.

Pour être fixés, “il faudrait réaliser l’analyse du vin”.
Pourquoi ne le fait-on pas ?

PASIONBLUE Chardonnay vendu chez Delhaize à 6,99€

Jacques Giers